Archive | Divers RSS feed for this section

ERP neufs : un nouvel arrêté pour simplifier les normes d’accessibilité

28 Avr

C’est un sujet délicat pour ne pas dire tabou et nous en parlons régulièrement dans les pages de notre blog, l’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) ne cesse de connaître des rebondissements. La loi de février 2005 prévoyait l’obligation d’accessibilité des ERP et des transports publics au 1er janvier 2015, avant que ce délai ne soit repoussé (en passant par les agendas de programmation de travaux, Ad’AP) de 3 à 9 ans en fonction des bâtiments. Cette semaine, un nouvel arrêté concernant les constructions neuves d’ERP est paru au Journal Officiel, et les nouvelles sont plutôt mitigées…

Une notion de « solution d’effet équivalent » qui ne plait pas à tout le monde

Cet arrêté était en pourparler depuis plusieurs mois et avait été très décrié par le Conseil national consultatif des personnes handicapées, qui lui avait par ailleurs attribué un avis défavorable. Le champ d’action de l’arrêté est très large, il couvre l’accès extérieur du bâtiment (stationnement et cheminement jusqu’à l’entrée), la signalétique utilisée, l’accès aux étages (ascenseurs et caractéristiques des escaliers), l’éclairage, les dimensions des portes ou encore l’accessibilité des salles de spectacles et hôtels.


Ce texte entrera en vigueur à compter du 1er juillet 2017 et parmi les points marquants nouvellement introduits : la solution d’effet équivalent. Cette mention permet aux maitres d’oeuvre d’opter pour des solutions techniques hors du cadre réglementaire, à condition que ces dernières garantissent le même niveau d’accessibilité. Il va de soi que les associations défendant les intérêts des personnes handicapées craignent que cette souplesse n’engendre des dérives car aucune définition précise ne stipule ce qui pourra être accepté ou non.
Bien entendu, un architecte ne pourra décider lui-même si la solution mise en œuvre peut être qualifiée de solution d’effet équivalent, c’est au préfet que revient cette décision (après consultation de la commission d’accessibilité). Mais là encore, il va falloir faire attention aux dérives !

Qui ne dit mot consent…

En effet, un des autres points notables abordés dans ce nouvel arrêté : la validation de la solution proposée en cas d’absence de réponse du préfet. Autrement dit, le préfet dispose d’un certain délai (3 mois) pour donner son approbation, passé ce délai la solution sera automatiquement jugée comme conforme. Il est évident que dans ce cas, le risque de voir des dossiers traîner est grand, avec pour conséquence la validation de solutions qui n’offrent pas le bon niveau d’accessibilité…

En résumé, si les architectes trouvent cet assouplissement nécessaire et que l’on peut se réjouir de voir que les lois s’intéressent au développement de l’accessibilité des ERP, on regrettera que les textes ne soient pas toujours rédigés dans l’intérêt des principaux concernés, ici les personnes en situation de handicap.

Vous pouvez retrouver l’arrêté du 20 avril 2017 relatif à l’accessibilité des personnes handicapées des établissements recevant du public lors de leur construction et des installations ouvertes au public lors de leur aménagement dans son intégralité en cliquant ici.

Les projets d’Antoine pour dépasser le handicap…

10 Fév

Dépasser son handicap, voilà le titre du blog d’Antoine Durand, un jeune homme à mobilité réduite qui n’hésite pas à prendre son clavier pour partager ses conseils, ses émotions et sa philosophie de vie. Dépasser le handicap, c’est aussi ce que permet Handynamic en commercialisant des voitures accessibles qui aident à retrouver une certaine autonomie. Alors puisque nous poursuivons un objectif commun, voici une petite présentation de ce blogueur motivé et motivant !

Vie quotidienne, travail, voyages, pourquoi reculer devant le handicap ?

Antoine Durand est un jeune actif, diplôme d’ingénieur en poche et diminué dans ses mouvements par une myopathie de Duchenne. Cette maladie dégénérative l’oblige à se déplacer en fauteuil roulant et ne facilite pas le quotidien. Le moindre geste qui peut paraître anodin pour une personne valide devient vite compliqué pour Antoine. Malgré ce handicap, Antoine a suivi une scolarité normale jusqu’à devenir ingénieur et travaille actuellement dans une petite société qui construit des logements sociaux.

Plein de volonté et surtout de joie de vivre, il affronte le quotidien avec bonheur et détermination. Bien conscient de ses difficultés motrices, il s’équipe et trouve des astuces qui l’aident à accomplir certaines tâches. Les outils informatiques ne doivent plus avoir beaucoup de secrets pour lui…
Et puisque la vie le lui permet, Antoine n’hésite pas à voyager ou à participer à des expériences extrêmes. Un survol des Alpes en avion ou un tour de circuit en Porsche ne lui font pas peur, malgré la fragilité de son corps. New-York, Milan ou les portes du désert tunisien figurent déjà à son tableau de chasse, tout comme de nombreuses villes françaises visitées ces dernières années.

Antoine Durand en voyage à New York

Cette vie qui peut finalement paraître ordinaire, Antoine la raconte sur son blog Dépasser son handicap. L’air de rien, prendre la vie du bon côté n’est pas donné à tout le monde, alors autant montrer que c’est possible ! Avec ses articles ultra complets, Antoine donne de précieux conseils pour la vie de tous les jours, pour emprunter les transports en commun, pour voyager ou tout simplement pour s’accepter et vivre heureux.

Antoine Durand, un blogueur et écrivain motivé et motivant

Puisqu’Antoine Durand est aussi un très bon rédacteur, il vient de publier son premier livre intitulé Je m’appelle Antoine et j’ai des projets plein la tête. Effectivement, il ne manque pas d’idées pour vivre pleinement, et c’est ce qui nous a touché chez Handynamic !

Si votre moral est en berne, que la grisaille de l’hiver vous fatigue, lisez le blog ou le livre d’Antoine Durand pour retrouver le sourire ! On vous l’assure, ça marche !

Voyage en paraplégie : l’histoire de Matthieu Firmin

26 Août

Sur notre blog, les thèmes abordés sont variés, souvent liés au monde de l’automobile accessible mais pas seulement. Nous vous partageons régulièrement des histoires d’hommes et de femmes concerné(e)s par le monde du handicap et qui ont décidé de partager leur histoire, leur expérience ou encore de réaliser un projet avec ou pour des personnes handicapées. C’est pourquoi aujourd’hui nous avons décidé de vous présenter le film réalisé par Matthieu Firmin, qui raconte son « voyage en paraplégie » et qu’il a intitulé « Lève-toi et marche ».

Un documentaire pour illustrer « l’après-accident »

Quand Matthieu Firmin, grand reporter, perd subitement l’usage de ses jambes, il décide de partager son histoire, ses ressentis, ses peurs, ses doutes, ses rencontres en réalisant un film documentaire sur sa « nouvelle vie ». Un moyen pour lui de conjurer le sort, de garder la tête hors de l’eau face à cette épreuve soudaine. Il y a 2 ans, un matin, ce reporter de 39 ans s’est réveillé avec une douleur dans le torse et qui l’a paralysé des pieds jusqu’à la poitrine, sans comprendre ce qu’il était en train de se passer. Une fois les examens effectués le diagnostic tombe, Matthieu a eu un accident vasculaire. Un caillot de sang est venu compressé sa moelle épinière, et après 3 heures d’opération il se réveille paraplégique. Un changement d’état brutal, pas vraiment compréhensible pour ce journaliste qui se pensait en bonne santé. Il appelle d’ailleurs cela une « dinguerie » !
Dans l’esprit de Matthieu, la paraplégie intervient après un accident de la route et il était loin d’imaginer que cela pourrait lui arriver sans même être sorti de chez lui, alors qu’il est un habitué des voyages dans le cadre de son travail. Passé le choc, qui n’a pas duré longtemps pour Matthieu, il décide de se filmer dans sa découverte de ce monde inconnu auparavant, celui de l’hôpital, de la rééducation et du handicap en général.

« Une galère qui se transforme en aventure humaine »

Lors de son hospitalisation, Matthieu rencontre d’autres personnes paraplégiques ou tétraplégiques à la suite d’accident de moto ou de piscine, et qui sont en fauteuil depuis plus ou moins longtemps. L’occasion pour le journaliste de les interroger sur leurs histoires et surtout de nouer des liens d’amitié avec certains d’entre eux. Ne comptez pas sur Matthieu ou ses amis pour pleurer sur leur sort, chacun fait preuve d’optimisme et parle de se reconstruire pour bâtir un nouvel avenir, certes différent de ce qu’ils auraient pu imaginer quelques années auparavant mais avec la certitude de pouvoir être heureux et de découvrir d’autres choses.
Ils ne sont pas les derniers à rire, se charrier ou raconter des blagues, leurs accidents ne leur ont pas fait perdre le sens de l’humour, c’est certain ! Cette bande de copains découvrent de nouvelles activités pour passer le temps en dehors des séances de rééducation, au programme courses de fauteuil roulant, entre autres !
En filmant son quotidien Matthieu veut également montrer tout ce que la paraplégie peut engendrer, au-delà du fauteuil car ce dernier n’est que la partie visible du handicap. C’est sans tabou qu’il évoque la question de satisfaire aux besoins naturels lorsque l’on est paraplégique ou encore de la sexualité. C’est d’ailleurs un grand sujet de conversation lors des échanges avec ses copains !

leve_toi_et_marche

Marcher à nouveau devient son combat

Dès les premiers jours qui suivent son arrivée à l’hôpital, Matthieu n’a qu’une idée en tête, pouvoir remarcher ! Il faut dire qu’avec son travail de reporter, être cloué dans un fauteuil roulant n’est pas compatible. Alors il s’accroche à l’idée de retrouver l’usage de ses jambes. Pour son travail mais pas seulement, marié et papa d’un petit garçon, il veut retrouver son autonomie pour pouvoir partager les mêmes choses qu’avant avec son fils et son épouse.
Et pour cela il enchaine les séances avec les kinés et s’entraine au gymnase pour se muscler et préparer son corps au mieux. Après 120 jours d’hospitalisation, de rééducation et d’efforts, Matthieu remarche (bien qu’il garde quelques séquelles) et peut accompagner son fils à l’école. Ses copains rencontrés à l’hôpital eux ne remarcheront jamais mais la détermination et l’optimisme de chacun qui transparaissent dans ce documentaire formidable nous donne une belle leçon de vie !
Pour visionner le film en intégralité (gratuitement), cliquez ici et sélectionnez la vidéo « Voyage en paraplégie ».

Un clip détonnant des « Super-humains handicapés » pour les JO!

5 Août

Pour les aficionados du sport et des grands événements en général, nous entrons dans une période intéressante, il s’agit bien sûr des Jeux Olympiques d’été. Avec la cérémonie d’ouverture qui se déroulera ce soir, le clap de départ sera donné pour cette compétition mondiale qui a lieu cette année à Rio au Brésil. Dans un premier temps, ce sont les épreuves des athlètes valides que vous pourrez suivre à la télévision ou sur Internet, jusqu’au 21 aout. Comme pour toutes les précédentes éditions, les JO seront suivis des épreuves paralympiques programmées pour le mois de septembre, du 7 au 18. Pour présenter leurs disciplines et leur motivation, les athlètes en situation de handicap se sont mis en scène dans un clip pour le moins percutant.

Une première version en 2012 pour changer le regard sur le handicap

A Londres, lors de l’édition 2012, une campagne intitulée « Meet the superhumans » (A la rencontre des super-humains) avait permis de porter un regard positif et engagé sur le sport et le handicap. Grâce à cette campagne et aux talents des athlètes présents en 2012, le taux de remplissage des infrastructures sportives égalait celui des épreuves des Jeux Olympiques valides. Et la chaine britannique Channel 4 avait battu son record d’audience depuis 10 ans, des chiffres très explicites et encourageants.
Les performances des sportifs engagés n’en étaient pas moins impressionnantes ! Toutes nations confondues nous avions assisté à de grands moments du sport.

Une vidéo efficace qui donne la pêche !

Les Jeux Paralympiques démarrent bientôt !

Pour cette année, la campagne est baptisée « We are the superhumans » (Nous sommes les super-humains) et ça déménage ! Sur le rythme de « Yes I can » (Oui je peux), 16 musiciens en situation de handicap et une vingtaine de sportifs ont participé à cette campagne sous la forme d’une comédie musicale branchée. 3 minutes d’images qui parlent d’elles-mêmes et qui feront taire, espérons-le, les derniers préjugés !
Et oui, même si les mentalités évoluent au fil du temps, il existe toujours des idées reçues sur le handicap. Pour encore trop de personnes, la pratique d’un sport quel que soit le niveau, est inconcevable. Pourtant, de nos jours comme dans le passé, les actualités sportives regorgent de prestations remarquables réalisées par des athlètes en situation de handicap. On retrouve de nombreux sports adaptés en fonction du handicap, qu’il soit physique ou cognitif, comme par exemple : le cécifoot, le basket fauteuil, le tennis de table (en fauteuil ou debout), l’athlétisme pour les aveugles, et bien d’autres encore.
Les athlètes engagés pour cette compétition ont donc participé à la réalisation d’un clip vidéo pour montrer à ceux qui ne seraient pas encore convaincus que tout est possible et qu’ils peuvent eux aussi s’épanouir et faire de belles performances grâce au sport. De l’énergie, de l’humour, du talent, de la force, tout y est et le résultat est extraordinaire, jugez plutôt :

Pour la suite, rendez-vous le 7 septembre pour suivre les prouesses de ces champions !

Les belles endormies, le blog au coup de crayon qui dédramatise le handicap

18 Mar

En matière de handicap, les préjugés et expressions inappropriées ont la vie dure ! « Que ce doit être difficile de passer toutes ses journées en fauteuil roulant », « elle doit avoir mal », voilà quelques citations extraites du quotidien d’Eléonore Despax, illustratrice pour enfant qui se déplace en fauteuil roulant. Alors pour que les regards changent et pour faire rire un peu, la jeune femme dynamique partage des dessins humoristiques sur le handicap dans le blog « Les belles endormies« . Présentation…

Un ton léger qui raconte le quotidien parfois cocasse d’une personne handicapée

Éléonore Despax est passionnée d’art et de dessin. Après une enfance à Toulon, elle gagne la capitale puis Strasbourg pour y réaliser ses études. Elle démarre son activité professionnelle en dessinant principalement pour les enfants, avant qu’un accident ne change le cours de sa vie. Elle perd l’usage de ses jambes, et retrouve sa région d’origine vers Toulon, puis Montpellier.
Cette nouvelle situation n’a semble-t-il pas entamé sa joie de vivre, qui se retrouve aujourd’hui dans ses illustrations.

Puisque le handicap n’est pas une fatalité, et que les mentalités changent bien trop lentement à son goût, Éléonore Despax a lancé fin 2008 le blog Les belles endormies, dans lequel elle retrace avec une pointe d’humour les situations drôles (ou pas…) de son quotidien en fauteuil roulant. Les séances de shopping, les relations familiales, les réactions des passants dans la rue, l’accessibilité des bâtiments et de la plage, voilà autant d’expériences vécues qui sont racontées en dessin et qui prêtent à sourire.

Les belles endormies

Vous passerez certainement un peu de temps sur ce blog, tant les dessins sont percutants et nombreux ! Voilà une bonne tranche de bonne humeur dans un monde qui n’est pas toujours si joyeux…

Si vous souhaitez en savoir plus sur Éléonore Despax, vous pouvez retrouver son univers dans la galerie et la boutique La fiancée du pirate à Toulon.

La bande à Ed, une série de BD qui casse les tabous du handicap

18 Déc

C’est bientôt Noël, et vous recherchez peut-être encore quelques cadeaux à faire à votre famille ou à vos amis. Justement, nous avons découvert au dernier salon Autonomic Lille un auteur de BD qui décoiffe les préjugés sur le handicap. L’auteur de « La Bande à Ed » était présent sur un stand pour présenter ses bandes dessinées, et il faut bien avouer qu’elles font l’unanimité chez Handynamic. Présentation…

Une bande de jeunes en situation de handicap qui rit de tout !

La littérature en matière de handicap n’est pas toujours drôle. C’est le plus souvent le registre de la tristesse, de la compassion ou de l’émotion qui était utilisé pour parler de ce sujet, mais les choses changent depuis quelques années.

Nous vous avions parlé il y a quelques temps de l’excellent livre de Charlotte de Vilmorin (Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque) qui relatait nombre de situations coquasses provoquées par son handicap, ou plutôt par les réactions des gens au regard de son handicap.

Dans la même idée mais avec une forme différente, la BD « La Bande à Ed » décoiffe et n’a pas peur d’affronter les clichés liés au handicap. On suit les petites aventures d’un groupe de copains menés par Ed et tous touchés par le handicap. Malvoyance, obésité, petite taille, chaque type de handicap provoque son lot de situations invalidantes mais rendues drôles par la plume et le coup de crayon des auteurs.
Tantôt déprimés par leur situation, plus souvent combattants, ces jeunes rivalisent d’ingéniosité pour faire tomber les barrières et pour changer le regard de ceux qui les entourent. Car finalement, c’est bien ce tabou-là que cette série de BD essaye de faire tomber !

La Bande à Ed, le handicap décoiffant !

Avec la Bande à Ed, il n’est pas interdit de sourire du handicap, au contraire ! Cette BD s’adresse à tous, à ceux qui sont familiers du handicap, mais surtout à ceux qui ne le sont pas. Si vous connaissez autour de vous des personnes qui ont des préjugés sur le handicap, qui en ont peur ou tout simplement qui ne connaissent pas cette problématique, offrez leur un exemplaire ou la série complète de la Bande à Ed, c’est une excellente thérapie !

Retrouvez les aventures de la Bande à Ed sur le blog officiel, ou commandez les BD directement sur Amazon

A l’heure de la rentrée, le transport des élèves handicapés se passe plus ou moins bien …

4 Sep

Driiiing ! Cette sonnerie qui met fin à la récréation n’avait pas retenti depuis de nombreuses semaines ! Mais en ce mardi premier septembre 2015, il était temps pour nos enfants de retrouver le chemin de l’école. Comme tous les ans, la rentrée scolaire fit les gros titres de l’actualité, chacun allant de son petit commentaire ou de sa petite polémique. Et pour les enfants en situation de handicap, comment ça se passe ?

Des transports adaptés pour les trajets vers l’école

En France, la plupart des enfants atteints de handicap moteur sont scolarisés dans des établissements classiques ou spécialisés. Comme tout un chacun, ils doivent donc se rendre à l’école, au collège ou au lycée tous les matins et rentrer chez eux tous les soirs. C’est à partir de là que les choses se compliquent. Si les parents n’ont pas la possibilité de conduire leurs enfants à l’école pour des raisons professionnelles ou faute d’être équipés d’une voiture aménagée handicap, il faut s’en remettre aux transports en commun ou aux systèmes de ramassage scolaire.
Si les grandes villes proposent des transports en commun « plus ou moins » accessibles, dès que l’on se retrouve un peu plus excentré, la galère commence ! Les départements ont l’obligation d’organiser un ramassage scolaire par bus, mais ces bus sont rarement accessibles en fauteuil roulant …

Heureusement, la loi est pour une fois très bien faite. En effet, les départements sont tenus d’assurer le transport scolaire pour tous, y compris pour les élèves en situation de handicap. Si on peut se féliciter d’un tel dispositif, il se trouve que dans les faits, le service n’est pas toujours au rendez-vous …

Le transport adapté, pas toujours de qualité ...

Une qualité de service disparate selon les départements

Pour le transport scolaire des personnes à mobilité réduite, les départements ont la possibilité de déléguer ce service à une société privée en organisant un appel d’offres. C’est ce qui se passe partout en France, car gérer une flotte de véhicules et de chauffeurs-accompagnateurs ne s’improvise pas et nécessite une vraie organisation professionnelle.
Les départements ont alors le choix de confier ce service de transport scolaire adapté à des sociétés plus ou moins importantes, à des taxis spécialisés ou des indépendants équipés de véhicules adaptés. C’est à ce niveau que des disparités apparaissent en termes de qualité de service. Si les petites entreprises offrent le plus souvent un service personnalisé, une vraie relation entre le chauffeur et ses passagers, les grands groupes qui se disputent le marché ne sont pas tous autant portés sur l’humain.
Il ne faut évidemment pas faire de généralités, mais la lecture de deux articles de presse parus ces derniers jours dans Paris Normandie et La Nouvelle République donne une vague idée de l’écart qui existe entre ceux qui offrent un service de qualité, et ceux qui offrent un prix cassé au détriment de la qualité. Il est regrettable de voir qu’une prise en charge sérieuse des enfants à mobilité réduite est parfois sacrifiée sur l’autel du budget des collectivités.

Espérons en tout cas qu’un maximum d’enfants transportés cette année le seront dans la joie, la bonne humeur et dans le respect d’une scolarité parfois difficile à suivre lorsqu’on est atteint d’un handicap …

Budget en hausse pour les MDPH, bonne nouvelle ?

10 Juil

En ces temps de disette budgétaire, les bonnes nouvelles financières sont plutôt rares … L’euro s’effondre face aux autres monnaies, la Grèce fait planer des doutes sur l’unité européenne, le gouvernement a toutes les peines du monde à ne pas aggraver notre dette nationale, bref, ça va mal ! Et pourtant, dans ce climat morose les personnes à mobilité réduite ont toujours les mêmes besoins, et rarement les moyens de les financer. Alors quand on apprend que le budget des MDPH (Maisons départementales pour les personnes handicapées) est en hausse, on ne peut que se réjouir !

4 millions d’euros en plus pour un meilleur accompagnement

Avec un budget en hausse de 6,25 % on peut se dire que c’est une goutte d’eau dans la mer. Et pourtant, ces 4 millions d’euros alloués en plus aux MDPH en 2015 devraient produire quelques effets pour vous accompagner dans vos projets. Car c’est bien de cela qu’il s’agit !

Budget en hausse pour les MDPH en 2015 ...

Créées en 2005, les MDPH ont pour objectif d’accompagner les personnes à mobilité réduite et leurs proches dans leurs démarches. Cet accompagnement prend la forme de mise en relation avec des assistantes sociales, des ergothérapeutes ou des médecins qui sont à votre service pour évaluer vos situations et les besoins qui en découlent.
Les MDPH ont également un rôle de redistribution puisqu’elles ont pour mission d’attribuer l’Allocation Adulte Handicapé et financent également les aménagements de l’habitat et de la voiture.

Malheureusement, vous avez tous constaté que le vrai point faible des MDPH est leur délai de réponse. En discutant avec nos clients dans les 4 coins de la France, nous constatons que les délais de réponse pour l’accord de financement de la voiture sont en moyenne de 6 mois à un an. Évidemment, les personnes en situation de handicap en sont les premières victimes, car le besoin de se déplacer n’attend pas.
Alors justement, l’augmentation du budget des MDPH a notamment pour objectif l’amélioration des réponses apportées. Cela passe par un meilleur accueil, une meilleure prise en compte des besoins et in fine des réponses plus rapides aux demandes de financement. En tous cas, c’est ce que tout le monde espère !

Pour rappel, si vous avez un projet d’acquisition de voiture aménagée handicap, lancez au plus vite votre dossier auprès de la MDPH de votre département pour obtenir des conseils et surtout un accord avant de vous décider sur le modèle de voiture qui vous convient !

Enfin la confirmation du stationnement handicap gratuit !

13 Mar

C’est un sujet qui a déjà fait coulé beaucoup d’encre et qui est très important pour toutes les personnes en situation de handicap qui se déplacent en voiture : la gratuité du parking pour les détenteurs d’une carte européenne de stationnement.
Depuis de nombreuses années, la décision d’appliquer la gratuité ou non était la conséquence du bon vouloir de la mairie de chaque ville. Autant dire qu’il était compliqué voir impossible de savoir ce qu’il en était lorsqu’on se rendait dans une ville extérieure; comment savoir la position de la municipalité à ce sujet… Il était donc grand temps de statuer sur ce point pour clarifier et unifier la situation. C’est chose faite depuis quelques jours, la gratuité du stationnement a été votée pour tous les possesseurs d’une carte européenne de stationnement.

Une entrée en vigueur promise pour les mois à venir !

La première lecture de ce projet de loi a eu lieu en fin d’année 2013, pour être adopté par la Haute Assemblée en novembre 2014. Et c’est le 11 mars dernier que le texte a définitivement été adopté par le Parlement, après presque un an et demi d’attente. La bonne nouvelle après ce délai important, c’est que l’application de cette loi est annoncée pour juin 2015.

Simplifier le stationnement des personnes à mobilité réduite

Pour les personnes en situation de handicap, le moindre déplacement demande une organisation précise et prend plus de temps que pour une personne valide. Rien que pour l’installation à bord du véhicule il faut compter plusieurs minutes pour une personne en fauteuil roulant tandis qu’un valide ne prendra que quelques secondes pour être prêt à partir. Ensuite, arrivé à destination, il faut trouver une place de parking réservée qui soit libre, ce qui peut prendre du temps… Une fois garé il faut reprendre le temps de descendre de la voiture, si en plus il faut chercher un horodateur, qui plus est accessible, la mission devient très compliquée pour ne pas dire impossible ! L’idée de la gratuité du stationnement était donc essentielle pour améliorer le quotidien (déjà bien compliqué) des personnes en situation de handicap.
Cette loi ne concerne pas uniquement les places réservées, elle est valable pour toutes les places de parking. Ainsi lorsque toutes les places réservées seront occupées (par des voitures avec carte de stationnement ou non…), l’automobiliste pourra se rabattre sur une place classique qui lui laissera la possibilité de manœuvrer et de sortir de son véhicule en toute sécurité.

Voici donc un texte de loi qui a pour vocation de simplifier les déplacements des personnes en situation de handicap pour les encourager à sortir de chez eux comme bon leur semble. Une petite avancée qui permet de garder espoir de voir un jour l’accessibilité pour tous effective partout !

Croiz’y, le festival qui porte bien son nom !

6 Mar

Depuis ses exploits réalisés il y a quelques années, Philippe Croizon est connu. Et il profite de cette notoriété pour montrer que le handicap n’est pas une fatalité et n’empêche pas d’être heureux dans la vie. Si traverser les océans à la nage sans bras ni jambes n’est pas à la portée du premier venu, montrer un regard positif sur le handicap à travers une vidéo est déjà plus accessible. Voilà justement l’objectif du festival « Croiz’y » !

Un festival du handicap positif

Après son accident, Philippe Croizon n’a pas baissé les bras. Avec sa force de caractère, il a accepté son handicap pour vivre avec et croquer la vie à pleine dent. Bien conscient que cette vision du handicap n’était pas partagée par tout le monde, Philippe Croizon décide alors de se lancer dans de nombreuses initiatives pour partager son expérience. Il souhaite à la fois toucher les personnes à mobilité réduite elles-mêmes qui ont une vision négative de leur situation, et également changer le regard du handicap auprès des personnes valides non sensibilisées.
Pour parvenir à toucher le plus grand nombre de personnes possible, Philippe Croizon a organisé un festival innovant et participatif nommé « Croiz’y ». Lancé courant 2014, le principe est simple, efficace et se déroule en trois étapes :

  • Les internautes ont eu jusqu’au 15 février pour réaliser et publier leur court métrage (pas plus de 3 minutes) sur le site www.croisy.fr
  • Depuis le 16 février et jusqu’au 8 mars, les votes sont ouverts pour les vidéos disponibles au visionnage en ligne. A la suite des ces votes, les 20 auteurs des vidéos ayant cumulé le plus de voix seront invités pour 2 jours au Futuroscope à l’occasion de la finale du festival.
  • Lors de ce séjour au Futuroscope, trois prix seront remis : le 1er prix, le prix spécial du jury et le prix du public.

Le festival de Philippe Croizon est un moyen de partager les points de vue et les expérience de chacun.

 

Une première récompense avec le nombre de participants, qui comptent sur vous jusqu’à dimanche soir !

Les internautes ont répondu présents à cette initiative et ont été nombreux à jouer le jeu en réalisant un court métrage en famille ou entre amis pour présenter leur point de vue sur le handicap. En effet, le site du festival compte environ 150 vidéos mises en ligne entre le deuxième trimestre 2014 et la date limite de dépôt mi-février.

Les thèmes des vidéos sont variés, certaines présentent les moyens mis en œuvre pour améliorer le quotidien, d’autres ont choisi le ton humoristique pour aider à changer le regard porté sur le handicap, ou encore présenter des loisirs adaptés… Chaque participant livre un peu de son quotidien, de son combat pour continuer d’avancer et de surmonter les difficultés rencontrées pour dépasser le handicap.

On ne vous dira pas pour quelle vidéo il faut voter, à vous de choisir celle qui aura retenu le plus votre attention ou qui vous aura le plus touché. Il ne reste plus beaucoup de temps pour apporter votre pierre à l’édifice grâce à votre vote, alors place au visionnage et laissez parler votre cœur !