Archive | Sécurité routière RSS feed for this section

Se déplacer en voiture : quelques astuces à connaître pour les personnes handicapées

3 Fév

Quand on est en situation de handicap, le moindre déplacement en voiture peut s’avérer compliqué face aux nombreux obstacles qui peuvent se trouver sur le chemin. L’installation à bord demande plus de temps et d’espace parfois, et en tant qu’automobiliste les difficultés ne manquent pas : stationnements réservés occupés, bornes de péages pas toujours accessibles, aires d’autoroutes et stations services plus ou moins bien adaptées, … Autant de situations qui peuvent freiner vos envies de sorties ! Heureusement, il existe quelques astuces bien pratiques pour vous aider lors de vos déplacements en voiture, et ainsi vous éviter de rester enfermé chez vous.

Abonnement gratuit au télépéage pour les personnes à mobilité réduite

Chaque gare de péage dispose d’un nombre plus ou moins important de voies, dont certaines comportent des spécificités telles que la hauteur autorisée ou le type de paiement accepté. Cependant, côté accessibilité, il n’est pas toujours évident de prendre un ticket ou de payer, en fonction de la hauteur de la borne et de votre position dans la voiture. Sans oublier les files d’attente interminables qui se créent les jours d’affluence, et ça c’est valable pour tout le monde, automobilistes valides ou handicapés… sauf pour les abonnés au service de télépéage. Bien sûr ce service d’abonnement a un coût, au-delà du prix établi pour la portion d’autoroute empruntée.


Pour les personnes handicapées, cet abonnement est gratuit. Il faut en faire la demande auprès d’une société d’autoroutes, comme Vinci par exemple mais il en existe d’autres. Malgré nos recherches, cette offre ne semble pas disponible en ligne, il faut donc contacter directement la société pour obtenir le formulaire à remplir et le renvoyer avec les justificatifs demandés.
Point important, la gratuité ne concerne que l’abonnement et permet de recevoir le petit boitier électronique à fixer dans la voiture. Les dépenses liées à chaque déplacement sur portions payantes feront l’objet d’une facture.

Déclassement des véhicules aménagés handicap au péage

Si vous ne possédez pas de voiture personnelle et effectuez vos déplacements occasionnels en louant un véhicule aménagé appartenant à la classe 2 (véhicules ou ensembles roulants de hauteur totale supérieure à 2 mètres et inférieure à 3 mètres et de poids total autorisé en charge (PTAC) inférieur ou égal à 3,5 tonnes), sachez que si vous empruntez l’autoroute vous pouvez bénéficier d’un déclassement tarifaire. Sur présentation de la carte grise de la voiture à la borne de péage, faisant apparaitre la mention handicap, un véhicule de classe 2 bénéficie du tarif prévu pour la classe 1.

Une application pour obtenir de l’aide

Pour compléter le chapitre « autoroute », nous vous présentions il y a quelques temps une application bien pratique, particulièrement pour vos trajets autoroutiers : Just Bip Assistance. Cette application a pour but de faciliter le quotidien des personnes à mobilité réduite en offrant la possibilité de demander de l’assistance au personnel d’un commerce, en utilisant son téléphone portable.
Les commerces et lieux publics partenaires sont reconnaissables grâce à l’autocollant Just Bip Assistance et sont également répertoriés dans l’application. C’est notamment le cas de nombreuses stations Total, en ville comme sur autoroutes, pour obtenir de l’aide pour effectuer le plein de votre voiture par exemple.

Autre fonctionnalité intéressante de cette application : indiquer les emplacements des places réservées pour les détenteurs d’une carte européenne de stationnement (désormais appelée carte Mobilité inclusion). Toutes les villes ne sont pas encore couvertes mais cette application ne demande qu’à se développer avec de nouveaux partenaires enregistrés !

Stationnement gratuit sur les places réservées, mais aussi sur les autres

En parlant de places de stationnement, vous n’êtes probablement pas sans savoir que le stationnement est gratuit pour les titulaires d’une carte de stationnement depuis le 18/05/2015, nous avions également abordé le sujet sur ce blog. Cette règle vaut pour toutes les places, réservées aux personnes handicapées ou non.

Voici quelques exemples de pratiques à connaitre quand on est en situation de handicap et qu’il faut se déplacer en voiture. Si vous avez d’autres « trucs et astuces », n’hésitez pas à nous en faire part !

 

Vignette Crit’Air : Les personnes handicapées exemptées !

27 Jan

Depuis de nombreuses années nous avons conscience du problème rencontré par notre planète face à la pollution et les actions pour la préserver se multiplient. Parmi elles, il y a la création de la vignette Crit’Air pour réguler la circulation de certaines grandes villes et réduire le nombre de véhicules dits polluants en centre ville lors des épisodes de forte pollution, notamment en cas de grande chaleur ou de grand froid. Le débat est justement d’actualité, avec la vague de froid qui traverse le pays actuellement, limiter la quantité de particules fines dans l’air est un sujet sensible. Nous vous proposons donc un petit tour d’horizon sur cette nouveauté, notamment son incidence sur les voitures qui transportent une personne handicapée.

La vignette Crit’Air, c’est quoi ?

Depuis le 1er juillet 2016, la France compte des zones de circulation restreintes (ZCR) dans lesquelles seuls les véhicules équipés d’un certificat qualité de l’air peuvent pénétrer. Ce certificat présenté sous la forme d’une vignette autocollante comporte 6 niveaux, allant de 0 à 5, déterminés en fonction du type de motorisation et de l’année de mise en circulation de la voiture.
Cette vignette est actuellement en vigueur dans les villes de Paris, Grenoble et Lyon et devrait rapidement faire son apparition dans d’autres villes. Strasbourg, Bordeaux, Lille ou encore Toulouse, voici autant de villes qui ont décidé de mettre en place des mesures, dont la création de ZCR régulées par la vignette Crit’Air, pour devenir « ville respirable en 5 ans ».

Les détenteurs de la carte de stationnement handicap non concernés

La loi prévoit une amende de 68 euros pour les véhicules circulant dans les zones de circulation restreintes sans cette vignette (ou ne correspondant pas aux niveaux tolérés en cas de forte pollution), il est donc important d’être en règle, pour éviter cette déconvenue.
Avec ce genre de mesure, il existe bien souvent des dérogations pour certaines profession ou certains types de véhicule par exemple. Dans le cas de la vignette Crit’Air, un paragraphe du décret concerne justement les personnes à mobilité réduite et plus particulièrement les titulaires d’une carte de stationnement handicap.
Voici ce que dit le texte de loi (décret n°2016-847 du 28 juin 2016) : « les véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées sont dispensés du port de la vignette Crit’Air pour circuler dans les zones à circulation restreinte« . A noter que désormais ce document est appelé « carte mobilité inclusion ».
Le texte est donc clair, pour les personnes qui possèdent cette carte, inutile de commander la vignette. Attention, il faut que le titulaire de la carte soit présent dans la voiture !

Et pour les autres, que faut-il faire ?

La démarche à effectuer pour obtenir le certificat qualité de l’air de votre voiture est assez simple. Elle peut se faire en ligne (sur ce site uniquement), il suffit de renseigner les informations concernant votre véhicule et vos coordonnées pour recevoir la vignette. Le montant total est de 4,18 € (3.70  € pour le certificat et 0.48 € pour les frais d’envoi). En attendant de recevoir la vignette, le récépissé peut être utilisé pour circuler dans les ZCR.
Attention aux sites peu scrupuleux qui proposent la vignette à des prix parfois plus élevés et sans garantie d’authenticité !

Une campagne pour sensibiliser les usagers de la route !

10 Juin

La semaine dernière, nous évoquions l’initiative prise par la ville de Roubaix pour lutter contre l’occupation des places réservées par des gens valides. Cette fois, c’est la ville de Lyon qui est à l’origine d’une campagne de sensibilisation aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap. Aujourd’hui encore, à Lyon comme ailleurs, on constate encore trop souvent le manque de respect des usagers de la route vis-à-vis des piétons, notamment des personnes à mobilité réduite, particulièrement concernées par les conséquences de cet irrespect.

Un nom tout trouvé pour cette campagne : « Agissons »

La ville de Lyon a choisi un verbe engageant pour baptiser sa nouvelle campagne, agir, conjugué à la 1ère personne du pluriel, puisque tout un chacun est concerné. Que l’on soit automobiliste, motocycliste, scootériste ou encore cycliste, il est de notre devoir de respecter les autres usagers. C’est donc en partant de ce constat que la mairie lyonnaise a lancé son projet.
Les infrastructures routières ne sont pas réservées à une catégorie d’usagers, il faut la partager et donc respecter certaines règles de base. Si cela peut paraitre évident pour certaines personnes, en observant certains comportements il faut admettre que cette évidence ne frappe pas aux yeux de tout le monde.
En effet, malgré les contraventions encourues, il n’est pas rare de voir un cycliste circulant sur un trottoir, une voiture garée sur un passage piétons, ou encore un scooter stationné sur un trottoir.

agissons_lyon_2016_1

Sensibiliser sans culpabiliser !

En lançant cette campagne, la ville de Lyon souhaite sensibiliser les usagers de la route aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap. Quel que soit le type de handicap, certains obstacles sont plus difficiles à contourner. Un engin motorisé stationné sur le trottoir peut s’avérer très dangereux pour une personne malvoyante, tout comme un véhicule arrêté sur un passage piéton peut rendre la traversée d’une route dangereuse pour une personne se déplaçant en fauteuil roulant.
Avec ces affiches, le message est clair et invite chaque usager à prendre conscience, ou tout simplement à se rappeler, que certains obstacles urbains sont plus dangereux et contraignants pour les personnes handicapées que pour les personnes valides.

Il ne reste plus qu’à espérer que ce genre d’initiative se généralise, et surtout, que les comportements évoluent pour que l’on puisse partager les espaces publics en toute sécurité, que l’on soit valide ou en situation de handicap.

Si vous avez d’autres exemples d’initiatives de ce genre, n’hésitez pas à les partager !

agissons_lyon_2016_2

Fourrière et place de parking réservées handicap, la solution pour plus de respect ?

3 Juin

Le sujet du stationnement sur les places de parking réservées aux personnes à mobilité réduite revient souvent sur ce blog. Il faut dire que l’actualité nous renvoie chaque jour des exemples de non respect par des usagers de la route peu scrupuleux, qui ne se rendent pas compte que ces places ne sont pas un privilège mais un besoin pour les personnes qui éprouvent quelques difficultés à se déplacer.
Puisque ces places sont souvent occupées par des voitures qui n’ont rien à y faire, la ville de Roubaix dans le Nord a ordonné à ses agents municipaux d’emmener les voitures contrevenantes à la fourrière. Bonne ou mauvaise idée ?

Si le bon sens ne suffit pas, pourquoi ne pas toucher encore plus au porte-monnaie ?

Cette idée peut paraître un peu brutale, car une mise en fourrière est quand même une contrainte non négligeable. Outre l’amande forfaitaire à payer pour non respect des places réservées (135 €), il faut s’acquitter de l’amande de mise en fourrière et des frais de parking qui montent très vite si on ne vient pas chercher la voiture rapidement. Autant dire que cela est dissuasif !

Chez Handynamic, nous nous attristons de voir que la société française ne prend toujours pas en compte la problématique des personnes à mobilité réduite. Chacun dans sa famille, ou parmi ses amis, connait de près ou de loin une personne à mobilité réduite. Ce public n’est pas toujours en fauteuil roulant, le handicap n’est pas toujours visible, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut s’asseoir sur les règles de bien vivre ensemble.

Il est vraiment dommage de constater que des initiatives comme celle de la mairie de Roubaix soient encore nécessaires pour faire régner le respect des places de parking pour personnes handicapées. Espérons quand même que cette politique un peu agressive engendrera rapidement des effets positifs dans la ville de Roubaix, pour que la mise en fourrière ne deviennent pas une norme mais ne soit qu’un rappel à l’ordre ponctuel et très marquant.
Si le succès de cette démarche est au rendez-vous, les dirigeants politiques feraient bien de s’en inspirer pour en appliquer le principe de façon ponctuelle dans les villes et les lieux où les places de parking réservées sont le moins respectées.

S’il faut montrer un peu les muscles pour faire prendre conscience que le handicap n’est pas un choix, n’hésitons pas !

Un kit éducatif sur la sécurité routière pour les jeunes en situation de handicap !

12 Fév

L’éducation d’un enfant comprend de nombreuses notions et valeurs à inculquer, de la naissance à l’adolescence. Parmi les connaissances premières, il y a évidemment la politesse, la discipline, les règles de la maison, de l’école, … et il y a aussi l’apprentissage du monde extérieur. Lorsque l’enfant est en âge de marcher à côté de ses parents, il faut alors lui expliquer les principes et les risques lorsque l’on est piéton. On montre ainsi les endroits autorisés pour traverser, les signaux destinés aux piétons, les dangers que représentent les autres usagers de la route et des trottoirs, … Si cela paraît facile et logique, ce n’est pas forcément le cas pour un enfant en situation de handicap mental. L’apprentissage est plus long et compliqué, il faut donc de la patience et idéalement des outils pour illustrer ces règles de vie indispensables pour leur sécurité. Et depuis peu, un kit ludo-éducatif dédié à la prévention des risques routiers existe, son nom : Objectif Mobilité.

Un concept innovant pour aider les enfants en situation de handicap mental

Ce kit pédagogique, c’est le résultat de l’association de 3 acteurs : la Prévention Routière, la Fondation PSA Peugeot Citroën et l’agence Neo Digital qui a développé cet outil sous la forme de ce que l’on appelle un « serious game ». L’objectif de ce jeu éducatif est d’aider les jeunes en situation de handicap à appréhender le monde extérieur lorsqu’ils sont piétons, cyclistes, passagers d’un bus ou encore d’une voiture. Chacun de ces thèmes regroupent les différentes notions à connaître pour se déplacer ou voyager en toute sécurité. Avec ces outils, les jeunes obtiennent les bases pour prendre leur autonomie tout en étant conscients des bonnes pratiques à appliquer.

objectif_mobilite_jeu_ceinture

Utiliser le jeu pour apprendre en s’amusant

Pour permettre aux jeunes d’intégrer les nombreuses règles qui régissent le monde de la « route », Objectif Mobilité se présente sous la forme d’un jeu éducatif, avec des dessins colorés, des situations claires et une très bonne ergonomie. En effet, la barre d’espace permet de naviguer dans les différents menus, de parcourir les guides et de jouer aux activités proposées.
Cette application est composée de 3 étapes :

  • Des jeux pour l’apprentissage et la mémoire : un didacticiel présente les éléments de base et 10 jeux éducatifs permettent de mettre en application les principes vus précédemment et d’aider à les mémoriser.
  • Des ateliers pour vivre la rue : 17 activités en extérieur sont disponibles pour mettre en situation et consolider les bases premièrement acquises.
  • Un journal de bord pour la suite : il permet de mettre en lien les jeux utilisés et les situations vécues. C’est un complément pour se souvenir et réviser.

objectif_mobilite_jeu_traverser

Présentation vidéo de ce kit ludo-éducatif

Le 1er décembre 2015, le projet a été présenté à l’IME le Moulin Vert à Paris, découvrez les explications et avis de cet essai dans la vidéo ci-dessous.

Vous voulez tester par vous-même ?

Objectif Mobilité est disponible en téléchargement en cliquant ici ou en se rendant sur la page dédiée de la Prévention Routière.
Et vous verrez que même sans être en situation de handicap mental, il est toujours bon de revoir ses bases !

L’histoire de Rodolphe pour illustrer la campagne de la sécurité routière

2 Oct

Il est coutume de dire que les images valent mieux que de longs discours, les différentes campagnes de la sécurité routière le prouvent régulièrement. En 2008, lorsque la détention d’un kit « triangle + gilet » est devenue obligatoire, on se souvient tous de la photo de Karl Lagerfeld en gilet jaune, avouant le côté inesthétique de cet accessoire tout en insistant sur son utilité en cas d’accident ou de panne. Autre campagne marquante, avec une vidéo cette fois, celle de ce début d’année mettant en scène différentes personnes en situation de handicap. Intitulé « Combien de temps », ce clip vidéo présente le quotidien de 7 personnes victimes de la route, les soins, la vie de famille, la rééducation, … Autant d’images frappantes pour illustrer ce qu’une fraction de seconde d’inattention peut engendrer comme conséquences. Pour sa nouvelle campagne, la sécurité routière s’est inspirée de l’histoire de Rodolphe…

Deux photos du même homme nu pour faire réagir les usagers de la route…

Depuis quelques jours, un nouveau cliché de la sécurité routière circule sur la toile et dans la presse. Ce dernier présente deux photographies d’un homme posant nu, celle de gauche affiche un jeune homme au corps athlétique, tandis que celle de droite montre un quadragénaire en fauteuil roulant. L’affiche est accompagnée d’une phrase : « Entre ces deux séances photos : 21 ans, 4 mois, 11 jours… et quelques secondes d’inattention« , un message fort et lourd de sens. Cette opération est à l’initiative de l’homme représenté sur les photos, cet homme s’appelle Rodolphe. Quelques années après ces photos sur lesquelles il posait nu, il a été victime d’un grave accident de la route qui l’a rendu tétraplégique. Pour sensibiliser les gens et les faire réagir aux dangers de la route, Rodolphe a donc fait le choix de poser à nouveau nu, pour montrer que la vie peut basculer en quelques secondes. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vue, voici l’affiche de la sécurité routière :

securite_routiere_affiche_Rodolphe

Utiliser son histoire pour provoquer une prise de conscience

Si Rodolphe a fait ce choix, c’est pour que son vécu serve aux autres, pour leur montrer qu’il ne faut pas faire la même erreur que lui et que personne n’est à l’abri. Quand l’accident a eu lieu, Rodolphe était âgé de 22 ans, il revenait d’une soirée entre amis au cours de laquelle il avait bu quelques verres. A la fin de cette soirée il a fait le choix de reprendre la route, à la suite de ce choix il se réveillera 6 mois plus tard, tétraplégique, avec toute une vie à reconstruire. C’est pour que les jeunes, et les moins jeunes, ne fassent pas le même choix que lui – boire et conduire – que Rodolphe a décidé de recontacter son photographe de l’époque pour une nouvelle séance photo. En montrant son corps désormais porté par un fauteuil roulant, il veut que chacun prenne conscience des risques et des conséquences que peuvent avoir ce genre de décisions. Rodolphe insiste sur le fait que la vie peut basculer, que tout peut changer très rapidement, pour les victimes comme pour leur entourage…
Dans le reportage ci-dessous, le photographe Joseph Caprio évoque la démarche courageuse de Rodolphe, tandis que sa maman revient sur cet événement tragique :

Un témoignage et une campagne pour montrer que les dangers de la route sont présents chaque jour et que personne n’est à l’abri…

Handicap et permis de conduire, les démarches

17 Avr

Pouvoir se déplacer où bon nous semble n’est pas uniquement réservé aux personnes valides. Être une personne en situation de handicap ne veut pas dire rester chez soi et attendre patiemment qu’un membre de sa famille ou un ami puisse venir nous chercher pour sortir de chez soi… Et souvent, pour se déplacer, l’idéal, voire l’indispensable dans certains cas, c’est de posséder son permis de conduire. Ce passeport pour l’indépendance et les sorties est envisageable pour de nombreux types de handicap. Aujourd’hui nous avons décidé de revenir sur les conseils et démarches à suivre pour obtenir un permis de conduire adapté.

Des examens en fonction du handicap

Il existe une multitude de formes du handicap, le permis de conduire adapté ne peut donc pas se contenter d’un examen généraliste pour les personnes à mobilité réduite. L’aptitude au permis de conduire est donc étudiée en fonction de 4 types principaux de handicap : physique, visuel, auditif et mental (ou cognitif). D’autres troubles peuvent engendrer une incapacité partielle ou totale à conduire et sont à étudier par les professionnels de la conduite et de la santé.
Dans le cas d’un handicap moteur, il est très souvent nécessaire d’aménager la voiture pour la rendre accessible à la conduite. Il peut s’agir par exemple d’installer un cercle accélérateur sur le volant avec un frein principal à main pour une personne qui n’aurait plus l’usage de ses jambes.
Pour une personne malvoyante, c’est le niveau d’acuité visuelle (évalué par un ophtalmologue) qui détermine la capacité à conduire selon un seuil minimum défini.
Les troubles de l’audition ne sont pas incompatibles avec la pratique de la conduite, sauf avis contraire il est tout à fait possible de passer son permis de conduire grâce à des épreuves adaptées.
Et enfin, pour les personnes présentant un handicap mental, c’est un professionnel du milieu médical qui devra déterminer si la personne est capable de conduire en toute sécurité pour elle et pour les autres.

permis_conduire_adapte

Passer son permis ou le rendre valide suite à un handicap

Tout d’abord, il y a deux situations de départ à prendre en compte, soit la personne possède déjà son permis de conduire et doit le faire évoluer pour qu’il corresponde à son handicap survenu après l’obtention initial du document; soit la personne en situation de handicap souhaite accéder à la conduite pour la première fois. A noter que chaque conducteur doit s’assurer de son aptitude à conduire, il est responsable de cette vérification et doit faire les démarches nécessaires.
Il y a une première étape commune à ces deux cas, la prise de rendez-vous avec la Commission médicale de la préfecture de son département. Cette dernière regroupe deux médecins chargés de définir si la personne est apte à conduire et les aménagements nécessaires.
Ensuite, si le candidat possède déjà son permis de conduire, inutile de repasser toutes les épreuves (c’est déjà une bonne nouvelle !). Il faut prendre rendez-vous avec un agent du bureau de l’éducation routière de sa Direction départementale interministérielle qui déterminera si l’aménagement du véhicule est adapté et si le conducteur le maitrise suffisamment bien pour pouvoir circuler en toute sécurité.
Si au contraire le candidat n’a encore jamais passé son permis de conduire, avec l’accord de la commission médicale, il pourra se rapprocher d’une auto-école qui propose des véhicules aménagés selon les recommandations de la commission.

Tout le monde en route et soyez prudents !

renault_megane_location_conduite_handicap

Votre fauteuil roulant est-il homologué pour voyager en voiture ?

20 Fév

En tant que professionnels des voitures accessibles aux personnes à mobilité réduite, nous sommes soumis à une réglementation exigeante. Pour que la sécurité des passagers en fauteuil roulant soit assurée au même titre que les passagers valides, nos voitures doivent répondre à des normes et faire l’objet de crash-tests. Elles sont ensuite ré homologuées en catégorie handicap, permettant ainsi de circuler en toute légalité en France et en Europe. Mais même si votre voiture aménagée handicap est homologuée, êtes-vous réellement en sécurité en voyageant dans votre fauteuil roulant ?

Vos fauteuils roulants doivent aussi être homologués pour les voyages en voiture

Mon fauteuil roulant est-il homologué pour voyager en voiture ?

Depuis de nombreuses années, la réglementation internationale impose que les personnes en situation de handicap qui voyagent directement sur leur fauteuil roulant lors des transports routiers (voitures, minibus voire autocar) doivent s’assurer que leur fauteuil roulant est bien homologué selon la norme ISO 7176-19. La dernière mise à jour de la réglementation française de juillet 2014 rappelle d’ailleurs que le passager en situation de handicap est tenu de vérifier la conformité de son fauteuil roulant à cette norme et que les professionnels sont tenus d’informer les usagers de l’existence de cette norme.

Mais en quoi consiste l’homologation des fauteuils roulants pour les voyages en voiture ? Et bien comme ces dernières, ils sont tout simplement soumis à des crash-tests en étant arrimés avec les sangles que l’on retrouve dans les voitures. Les résultats de ces crash-tests permettent ainsi de vérifier la résistance du fauteuil roulant à une décélération brutale, avec évidemment l’objectif que celui-ci ne se désintègre pas sous l’effet de la pression exercée par les sangles.
La plupart des fauteuils roulants qui ont été soumis aux crash-tests ont passé ce test brillamment, mais nos recherches ont montré que certains ne répondaient pas à la norme. Et alors, quelles sont les conséquences ?

Les fauteuils roulants doivent être crash-testés

Si votre fauteuil roulant n’a pas été crash-testé ou pire, ne répond pas à la norme ISO 7176-19 suite aux crash-tests, vous ne voyagez tout simplement pas dans les conditions optimales de sécurité si vous vous déplacez en voiture dans votre fauteuil roulant. En cas d’accident, il est possible que votre fauteuil roulant ne résiste pas comme il le devrait malgré le fait que vous soyez bien arrimé. Des crash-tests effectués sur des fauteuils roulants non homologués montrent que ceux-ci peuvent se désintégrer complètement, malgré un arrimage dans les normes…

Alors comment savoir si mon fauteuil roulant est homologué selon cette norme ? La plupart des fabricants communiquent cette information sur les fiches techniques des fauteuils roulants. Vous pouvez donc la retrouver sur la documentation de votre propre fauteuil, ou vous rendre sur le site Internet du constructeur.
Et si vous avez un doute, Handynamic tient à jour une liste conséquente de fauteuils roulants homologués. Rassurez-vous, nous avons recensé près de 200 modèles de fauteuils roulants électriques ou manuels homologués pour les voyages en voiture. Le vôtre y figure très certainement … Et si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons vivement de faire attention à ce « détail » au moment de renouveler votre fauteuil roulant !

Le réducteur de ceinture, une petite astuce pour le confort de voyage

31 Oct

Tous les parents qui voyagent avec leurs jeunes enfants en voiture ont déjà été confrontés à ce problème : la partie épaulière de la ceinture de sécurité est souvent mal ajustée et se montre très inconfortable pour vos enfants en venant couper le cou. Comme beaucoup, vous décidez alors de passer cette partie de la ceinture derrière le dos pour être tranquille. Mais quid de la sécurité de vos jeunes passagers ? Pour les personnes à mobilité réduite qui voyagent en fauteuil roulant, le problème se pose également souvent car il est plus compliqué d’ajuster la ceinture épaulière dans un minibus ou une voiture aménagée handicap. Heureusement, pour toutes ces situations, nous avons une petite astuce …

Ajustez la ceinture pour des voyages en toute sécurité

Développé conjointement avec un fabricant du nord de la France, notre réducteur de ceinture de sécurité est un accessoire économique mais surtout très pratique ! Il se positionne en effet sur la ceinture de sécurité en modifiant l’angle de la partie épaulière afin d’éviter de couper le cou du passager. La photo comparative ci-dessous est largement plus explicite pour vous aider à comprendre le fonctionnement de ce réducteur de ceinture.

Le réducteur de ceinture de sécurité sur la Boutique Handynamic

L’utilisation de cet accessoire est très simple puisque de simples boutons pression permettent de positionner le réducteur sur la ceinture. Pour régler l’angle de la partie épaulière de la ceinture, il suffit de faire glisser le réducteur sur la partie ventrale, en le rapprochant ou l’éloignant de la boucle de ceinture. De plus, il n’est pas nécessaire de retirer le réducteur lorsque vous souhaitez verrouiller ou déverrouiller la ceinture de sécurité du passager. Cet accessoire peut rester en place en vue d’une prochaine utilisation.
Le réducteur de ceinture s’adapte ainsi à toutes les tailles, pour les très jeunes enfants qui voyagent sur rehausseur ou sur le siège normal, ou pour les passagers en situation de handicap qui voyagent directement dans leur fauteuil roulant.

Le réducteur de ceinture est universel puisqu’il est compatible avec la totalité des ceinture de sécurité de voiture du marché. Il se positionne évidemment aussi bien à droite qu’à gauche. Et avec son prix abordable de 19,90 €, il serait bien dommage de vous priver de ce petit accessoire fabriqué en France pour le confort et la sécurité de vos passagers … Achetez-le en cliquant ici !

Places de parking réservées : encore une vidéo choc !

18 Avr

Alors que la gratuité des places de stationnement pour les personnes à mobilité réduite a été étendue en France récemment (voir ici), les comportements dans la rue ne sont pas toujours à la hauteur. Réfléchissez bien : combien de fois avez-vous vu une voiture garée sur une place réservée handicap alors qu’elle n’avait rien à y faire dans les derniers mois ? Pour ma part, j’en croise régulièrement et je me désole devant tant d’incivisme. Et alors que ces conducteurs valides peu scrupuleux ont toujours une bonne excuse, ils n’ont pas conscience des difficultés que cela peut provoquer …

Juste 2 minutes, un film choc pour sensibiliser

La vidéo que je vous présente aujourd’hui nous vient du Québec et a déjà été visionnée presque 500 000 fois sur Youtube. Il faut dire que les 4 minutes de film sont pleines de sens et de pédagogie pour dénoncer un phénomène malheureusement trop courant.

Pour faire simple, cette vidéo met en scène un couple de personnes valides et un conducteur en situation de handicap. Les premiers arrivent sur un parking de supermarché bondé, puis craquent pour se garer sur la seule place disponible qui est évidemment réservée aux personnes à mobilité réduite. Le conducteur handicapé arrive peu après, et se trouve confronté à ce problème bien malgré lui. Je ne vous raconte pas la fin, car les images valent mieux que les mots.

Cette vidéo mérite largement d’être partagée sur vos réseaux sociaux et auprès de vos contacts, pour qu’enfin les personnes les moins sensibles au handicap se rendent compte à quel point des comportements qui paraissent anodins peuvent être lourds de conséquences … Alors regardez, et partagez !