skip to Main Content

Comment éviter l’usure prématurée de la batterie de votre véhicule TPMR électrique ?

Quelques Conseils Pour Préserver La Durée De Vie De La Batterie De Véhicule Véhicule TPMR électrique

Chronique TPMR électrique

Retrouvez les 3 premiers articles en cliquant sur les liens suivants :

Depuis bientôt 20 ans, les smartphones et tablettes ont envahi notre quotidien, nous apportant des services numériques bien pratiques dont nous aurions bien du mal à nous passer aujourd’hui. Mais nous passons tellement de temps sur nos petits écrans, qu’au fil des cycles de décharges et recharges, leurs batteries voient leurs capacités fondre comme neige au soleil. Il existe pourtant quelques astuces pour prolonger la durée de vie des batteries de vos smartphones, et figurez-vous que c’est pareil pour les véhicules électriques ! Démonstration…

Ne chargez pas à fond, tout le temps

La gamme des véhicules TPMR électriques chez Handynamic ne cesse de s’agrandir. Et les autonomies des nouveaux modèles également. Le nouveau Fiat e-Ducato Triflex Easy, pas encore présenté ici, affiche par exemple une autonomie de plus de 300 km en milieu urbain. L’air de rien, cela permet d’envisager des trajets journaliers pour une activité de transport scolaire par exemple, pour un EHPAD qui emmène ses résidents en balade ou encore un IME qui transporte ses jeunes à des compétitions handisport…

Alors l’électrification de votre parc de véhicules TPMR, vous commencez à y croire mais vous avez encore quelques inquiétudes sur la durée de vie des batteries. Rassurez-vous, les clichés ont la vie dure, mais une batterie de véhicules électrique TPMR est prévue pour durer dans le temps… à condition d’en prendre soin.

Le tableau de bord du Fiat e-Ducato aménagé TPMR permet de contrôler la charge de la batterie...

Tout d’abord, et comme c’est le cas sur les batteries des smartphones modernes, il est conseillé de ne pas charger la batterie de votre minibus TPMR électrique à 100 % à chaque recharge. En effet, la chimie des batteries implique un certains stress de ses composants quand la charge est maximale, ce qui peut à force de répétitions nuire à sa durée de vie.
Dans un véhicule électrique, il est donc conseillé la plupart du temps de rester sur une plage de batterie située entre 20 % et 80 %. Aller au delà de ces seuils ne va pas abîmer votre batterie, mais y aller à chaque cycle de décharge/recharge, oui !
Attention, les constructeurs automobile affichent tous dans le carnet d’utilisation de leurs véhicules électriques leurs recommandations. Et sur certains modèles (assez rare il est vrai), il est préconisé d’aller jusqu’à 90 % ou même 100 %. Nous vous conseillons donc dans tous les cas de lire ces recommandations à la livraison de votre véhicule TPMR électrique…

Une charge lente à privilégier

Nous vous évitons ici un court de chimie, mais c’est une fois encore cette fameuse chimie des batteries qui concerne la recommandation suivante. La recharge rapide sur une borne en courant continu (sur autoroute par exemple), c’est très pratique, mais trop de recharges rapides risquent d’altérer la durée de vie de la batterie de vos véhicules…

Au quotidien, votre activité de transport de personnes à mobilité réduite vous obligera peut-être à recharger fréquemment votre minibus ou monospace électrique, et c’est normal. Mais dans la mesure du possible, privilégiez la recharge lente ou moyennement rapide (entre 7,4 kW et 22 kW) au quotidien, et n’utilisez les bornes rapides qu’en cas de nécessité de recharge très rapide.

Un Citroën e-Jumpy aménagé TPMR recharge tranquillement chez Handynamic...

Par exemple, pour un véhicule ayant une batterie de 75 kWh (330 km d’autonomie) affecté au transport scolaire et qui a un trajet de 180 km le matin et un autre de 180 km le soir, voici un exemple de stratégie de recharge optimisée pour préserver la batterie :

  • Départ le matin à 7h avec 80 % de batterie (soit 264 km d’autonomie)
  • Retour de la tournée du matin à 9h30 avec 25 % de batterie (soit 82 km d’autonomie)
  • Recharge sur une Wallbox 7,4 kW de 9h30 à 16h, soit un retour à 80 % de batterie (et même un peu plus si besoin)
  • Départ de la tournée du soir à 16h avec 80 % de batterie (soit 264 km d’autonomie)
  • Retour de la tournée du soir à 18h30 avec 25 % de batterie (soit 82 km d’autonomie)
  • Recharge sur une Wallbox à 7,4 kW toute la nuit, bridée à 80 % pour un départ le lendemain dans de bonnes conditions

Il s’agit évidemment de chiffres théoriques, la consommation d’un véhicule électrique dépendant de nombreux paramètres (vitesse, vigueur des accélérations, température extérieure, pluie…), mais qui donnent un aperçu de ce qu’il est possible de faire.

Les recharges sur bornes rapides ne sont évidemment pas interdites, mais de préférence à réserver pour les trajets longs qui dépassent l’autonomie maximale du véhicule.

La chaleur et le froid, ennemis des batteries !

Nous en revenons toujours aux smartphones, mais ce sont de bons exemples. Vous avez déjà certainement passé un long appel en période de canicule en plein soleil, ou utilisé votre application de navigation préférée en posant votre smartphone sous le parebrise. Dans ces deux situations où la température est élevée, la batterie chauffe énormément, ce qui peut dégrader ses cellules.

A l’inverse, quand il fait très froid, vous avez peut-être observé que la batterie de votre téléphone se décharge plus rapidement. C’est un effet du froid sur les batteries, parfois bien gênant il faut le reconnaître.

Un Volkswagen e-Crafter va perdre un peu d'autonomie dans les conditions hivernales...

En ce qui concerne les véhicules électriques, c’est un peu pareil. Quand il fait chaud, rouler avec votre véhicule ne fera pas surchauffer la batterie qui est de toute façon équipée d’un système de régulation de température. Mais s’il fait très chaud, et qu’en plus vous chargez votre batterie sur une borne rapide, la batterie va chauffer encore plus et pourrait s’en trouver altérée si ces conditions sont souvent rencontrées. En période de grosse chaleur comme nous en vivons de temps en temps, évitez donc les recharges rapides en plein soleil si possible…

En ce qui concerne le froid, c’est un fait, la totalité des voitures et minibus électriques ont une autonomie qui diminue quand la température descend en dessous de 10° à 12° et on ne peut pas faire grand chose pour luter contre ce phénomène. Sachant que le chauffage est également gros consommateur d’énergie, il est préférable quand c’est possible de privilégier les deux situations suivantes :

  • Stocker vos véhicules dans un bâtiment l’hiver, pour démarrer avec une température intérieure la moins froide possible
  • Préchauffer l’habitacle du véhicule pendant qu’il est encore branché sur la borne de recharge, ce qui évitera de devoir utiliser le chauffage à pleine puissance au moment de démarrer.

En hiver, il faudra malgré tout tenir compte de l’autonomie plus réduite, en adoptant par exemple une éco-conduite qui permet d’économiser quelques kWh…

Un véhicule TPMR électrique prêt à être rechargé sur une borne moyennement rapide pour préserver sa batterie...

Vous le voyez, prendre soin de la batterie de son véhicule électrique nécessite quelques connaissances sur le sujet, mais une fois que ces conseils sont intégrés, l’utilisation au quotidien se fait très facilement. Et si vous avez encore un doute sur la durée de vie des batteries de véhicules, sachez qu’on observe sur le marché de l’occasion les premières voitures électriques qui affichent encore des autonomies très acceptables, preuve s’il en est que les batteries ne souffrent pas tant que ça… à condition d’en prendre soin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top