skip to Main Content

A la rencontre de Clara Crochet-Damais, une journaliste qui combine passion et handicap

Interview Clara

Chez Handynamic, nous rencontrons régulièrement de nouveaux visages. A travers notre activité de location courte et longue durée, de vente ou encore nos clients de la boutique, c’est autant de personnes et d’histoires qui enrichissent la vie de l’entreprise. Vos visites nous tiennent à cœur, nous permettent de maintenir et de développer notre côté humain grâce aux différents échanges que nous avons avec chacun de vous.

Certaines personnes sont venues il y a quelques années, et réitèrent leurs passages tous les ans de manière plus ou moins ponctuelle en fonction des besoins. C’est justement le cas de Clara Crochet-Damais, un nom qui parle peut-être à certains d’entre vous…

Interview de Clara Crochet-Damais

Clara Crochet-Damais est journaliste depuis plusieurs années, un métier qui est vécu comme une véritable passion. Elle loue de temps en temps une voiture adaptée à son handicap (une sclérose en plaque) chez Handynamic, notamment dans le cadre de son travail. Nous lui avons posé quelques questions pour qu’elle puisse nous raconter son parcours.

Madame Crochet-Damais, vous êtes journaliste. Pourriez-vous s’il vous plaît nous expliquer d’où vous est venue cette envie ?

La passion du journalisme est arrivée très très jeune. C’est quand j’ai découvert des personnes qui parlaient des autres, qui racontaient des histoires que j’ai réalisé que ça m’intéressait beaucoup !

Quel est votre parcours ? Y a-t-il des thèmes/sujets qui vous tiennent particulièrement à cœur dans le choix de vos reportages ?

Concernant mon parcours, j’ai eu un bac littéraire en 1993 (bac A1 à l’époque) pour enchaîner sur une maîtrise de philo. J’ai obtenu mon diplôme avec encouragements du CFPJ (Centre de Formation Professionnelle du Journalisme).

Niveau professionnel, j’ai eu plusieurs changements de poste en raison de mon handicap qui évoluait. De 1999 à 2001, j’étais en contrat de qualification à la rédaction de France 2, puis en 2004 j’ai obtenu un CDI dans le service de France 3 qui donne des sujets régionaux aux éditions nationales de la chaîne. Je faisais donc du journalisme « généraliste ». Par la suite, en 2014, j’ai réalisé une reconversion dans le numérique sur francetvinfo.fr. A partir de cette année-là, France Télévision a souhaité que j’arrête ce côté généraliste pour prendre en charge des actualités en lien avec le handicap. J’ai donc commencé à écrire des articles là-dessus (que de l’écrit), et en 2018 j’ai poussé les bonnes portes et ai pu demander à France Info (qui appartient à France Télévision) de me concentrer sur ce que je savais faire depuis 1999, c’est à dire des reportages image. C’est à partir de ce moment là que je me suis mise à faire tous les reportages sur le handicap que vous pouvez retrouver sur ma chaîne Youtube.

L’image c’est mon métier de base, donc retrouver cela alors que mon handicap a évolué, ça m’a énormément fait plaisir. Et depuis octobre 2020, je suis donc devenue Grand Reporter.

Y a-t-il un reportage, une interview ou une rencontre qui vous a particulièrement marqué(e) dans votre carrière ?

Beaucoup de rencontres et de reportages m’ont marqués : par exemple un des derniers sujets que j’ai fait sur l’allocation adulte handicapé, ou encore les différents sportifs touchés par un handicap que j’ai pu rencontrer. J’en citerai 3 :

  • Le champion de France de ceci-foot qui était hallucinant. J’ai d’ailleurs fait deux modules sur lui, en Juin 2018 et Juin 2021. Il s’appelle Yvan Wouandji
  • Sylvain Brivet, touché de tétraplégie. On a fait du chien de traineau ensemble en Mars dernier, dans les Alpes (cf. reportage). C’était hallucinant de le voir manœuvrer le traineau avec les chiens, c’était juste magnifique.
  • Et le dernier reportage que j’ai fait à Rennes et au Pic du Midi : Julien Vedani. Il a la même maladie que moi et il s’est lancé ce défi incroyable qui est de monter le Kilimandjaro. Entre temps d’ailleurs (très très récemment), j’ai appris que le caméraman qui avait tourné avec moi ce reportage au Pic du Midi va pouvoir aller au Kilimandjaro. Je vais donc pouvoir faire un sujet au retour de Julien. Je vais être là quand il va rentrer de son voyage, à l’aéroport. Je vais pouvoir écrire à son sujet, j’en suis ravie ! C’est mon prochain projet, pour la rentrée.

Il faut savoir que c’est mon travail qui me permet d’avancer. C’est vraiment une passion, je me suis toujours rattachée à ça.

Et y a-t-il une destination qui vous a beaucoup plu ?

La dernière sortie au Pic du Midi était tellement magnifique en termes de panorama. C’est la première qui me vient à l’esprit car la plus récente. C’est somptueux. Vos voitures m’aident d’ailleurs beaucoup professionnellement, c’est vraiment pratique. Elles ont été très importantes pour moi professionnellement et personnellement.

Puisqu’on aborde le sujet de nos véhicules, comment avez-vous choisi Handynamic ?

C’est simplement en naviguant sur Internet, en cherchant de la location de voitures adaptées que je vous ai trouvé. Je vous assure qu’à l’époque avec mon mari, on avait cherché sur Internet et on a finalement trouvé que votre entreprise semblait la plus sûre, la plus fiable. Et les expériences qu’on a eu confirment cela.

Comment vivez-vous votre handicap au travail ?

Écoutez, j’ai eu la chance énorme de rencontrer beaucoup de gens là où je travaille qui ont su m’accompagner dans l’évolution de mon handicap en me proposant des postes différents à chaque fois. Et ça, c’était vraiment parfait, j’ai toujours pu rester journaliste grâce à la grandeur du groupe si je puis dire. J’y suis depuis 1999 et pour information j’avais 12 ans quand mon handicap a commencé.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un jeune, aussi en situation de handicap, et qui souhaiterait démarrer un travail ?

Vraiment, il faut qu’il garde et suive ses passions, les choses qu’il aime quelque soit son handicap. Il ne doit pas être, dans sa tête, un obstacle pour aboutir à la réalisation de ses désirs les plus forts.

Personnellement, je compte bien poursuivre mes réalisations et les transformer dans d’autres domaines, d’autres cadres.

Motivation, curiosité, l’envie d’aller vers l’autre et de se battre pour ses passions… Voilà les quelques mots qui ressortent des réponses de la journaliste Clara Crochet-Damais, que nous remercions à nouveau pour le temps qu’elle nous a accordé.

Pour en savoir plus ou visualiser ses reportages, n’hésitez surtout pas à vous rendre sur sa chaîne Youtube, sur son blog ou la suivre sur ses réseaux sociaux comme Twitter par exemple !

Si vous avez apprécié cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire ou abonnez-vous au flux RSS pour être informé des prochaines publications dans votre lecteur favoris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top