skip to Main Content

Patrimoine et accessibilité ne sont pas forcément incompatibles !

Avec la récente promulgation de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux accueillant du public, ce sujet ne cesse de faire couler de l’encre. Si ces délais supplémentaires arrangent certains établissements, il est évident que pour les usagers la nouvelle a du mal à passer… De plus ces nouveaux délais ne sont pas forcément accompagnés de la solution pour rendre l’établissement accessible. En effet, certains bâtiments s’avèrent peu disposés à recevoir des aménagements de type ascenseur ou rampes d’accès, surtout pour les constructions anciennes. Et pourtant, préserver le patrimoine tout en rendant le lieu accessible aux personnes à mobilité réduite n’est pas forcément mission impossible !

Composer avec l’existant pour le rendre accessible

Dans un précédent article (que vous pouvez consulter en cliquant ici), on a vu que pour certains établissements, il était possible de se contenter de disposer de rampes d’accès amovibles pour répondre aux normes imposées par la loi sur l’accessibilité. Mais il est évident que cette solution ne concerne pas tout le monde, il est par exemple inconcevable d’utiliser des rampes d’accès pour franchir un escalier de plusieurs marches !
Face à ce genre d’obstacle important, il faut généralement avoir recours à des solutions de grande envergure comme un ascenseur, un élévateur ou encore la construction d’un plan incliné (respectant une pente facilement franchissable). Et quand il s’agit de rendre accessible un monument historique, l’idée d’y implanter un tel équipement peut faire peur, peur de dénaturer le site, … Mais il existe des solutions qui allient accessibilité et conservation, pour préserver au mieux les constructions et infrastructures anciennes. C’est notamment le cas de plusieurs monuments historiques, qui ont réussi à allier patrimoine et accessibilité. Comme le montre l’étude de l’école de Design Nantes Atlantique, certains sites classés sont parvenus à conjuguer ces 2 notions dans le but d’obtenir un accès à la culture pour tous. Vous pouvez retrouver les différents exemples mis en avant par ces étudiants sur le site accessibilite-patrimoine.fr.

Il n'est pas obligatoire de devoir mettre en place un ascenseur, lorsque la hauteur le permet, un élévateur peut être suffisant.

Il n’est pas obligatoire de devoir mettre en place un ascenseur fermé, lorsque la hauteur le permet, un élévateur peut être suffisant.

 

Une carte qui regroupe les architectes volontaires pour les Ad’AP !

Lors du report des dates limites pour la mise en accessibilité, le gouvernement a mis en place les « Ad’AP », les Agendas d’Accessibilité Programmée. Concrètement, le propriétaire/gestionnaire du bâtiment élabore une programmation budgétaire et s’engage à réaliser les travaux sur une durée déterminée et en respectant les règles d’accessibilité.
Pour aider les gérants des établissements concernés par la mise en accessibilité de leur bâtiment, une carte interactive est disponible sur Google. Elle recense les différents architectes qui sont volontaires pour intervenir sur des projets d’aménagement pour rendre un site accessible. Elle ne comporte sans doute pas encore tous les professionnels concernés car on constate des zones désertes mais cette carte représente un bon point de départ pour retrouver rapidement les coordonnées complètes d’un architecte prêt à plancher sur les problèmes d’accessibilité.

carte_google_architectes_volontaires_ADAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top