skip to Main Content

Rencontre avec Jean Vanier, retour sur une journée exceptionnelle

Depuis sa création, Handynamic a fait de l’humain et des valeurs humaines ses priorités. Donner plus de mobilité à ceux qui en ont le moins, en écoutant leurs histoires et en comprenant leurs besoins, telle est notre mission. Mais l’humain est aussi au cœur de l’entreprise, à travers les relations entre collaborateurs, avec nos fournisseurs et tous nos partenaires.
Alors quand l’association l’Arche nous a conviés à partager un moment avec Jean Vanier à l’occasion d’une livraison de minibus TPMR, nous n’avons pas voulu laisser passer cette chance…

Livraison de deux minibus TPMR à l'Arche

Livraison de deux minibus TPMR à l’Arche

Jean Vanier, qui est-ce ?

En 1964, Jean Vanier rencontre deux personnes handicapées mentales dans l’Oise, son département d’adoption. Il est touché par cette rencontre et se rend compte de la difficulté pour ces personnes de vivre de façon autonome et intégrée à la société. Plein d’humanisme, il décide de partager sa vie avec elles et s’installe dans une petite maison à Trosly (Oise). Les communautés de l’Arche étaient nées…

Petit à petit, à force d’abnégation et de courage, Jean Vanier fonde l’Arche, une association qui gère des communautés de vie entre personnes handicapées mentales et des assistants engagés qui font le choix de donner quelques mois ou quelques années de leur vie au service de personnes plus faibles. Chaque foyer compte de 7 à 15 personnes qui vivent ensemble, partagent des repas conviviaux et des activités très variées pour faciliter le développement des personnes handicapées.

Aujourd’hui, l’Arche regroupe 104 communautés réparties dans 36 pays sur les cinq continents. Les échanges culturels sont permanents, les assistants volontaires venant de toutes les destinations du monde.

Un message fort, source d’inspiration pour Handynamic

En ce mois de février 2016, nous avons le plaisir de livrer à la communauté de l’Arche à Trosly deux magnifiques Citroën Jumper Triflex Easy qui serviront à transporter les personnes à mobilité réduite aux diverses activités proposées par les assistants. A cette occasion, nous sommes invités à rencontrer Jean Vanier en tout petit comité pour échanger sur la vision de l’entreprise dans le monde d’aujourd’hui. Voici quelques extraits du message de Jean Vanier :

« Il est très important que la mission soit claire pour tout le monde. Il ne faut jamais perdre le sens de notre mission, et notre identité. L’identité et la mission sont très importantes. Elles doivent être comprises et vécues à tous les niveaux de l’entreprise, par tous les membres de l’entreprise. Il ne faut pas les perdre de vue. Beaucoup de grosses entreprises ou des communautés (même des communautés religieuses) ont perdu le sens de leur mission, et de pair, leur identité. Par exemple, des hôpitaux qui étaient initialement fondés pour soigner les gens pauvres et qui ne soignent plus aujourd’hui que des gens riches, car c’est le côté financier qui est devenu prioritaire et qui a pris le contrôle.

Faites attention à bien respecter la subsidiarité. Plus nous grandissons et plus la tentation d’un management où seuls ceux qui dirigent décideraient et donneraient des instructions, des ordres à ceux qui sont en dessous, est tentante. Quand on oublie la subsidiarité, on glisse vers un système Commandant => Commandés, les ordres risquent de venir d’en haut sans relation, sans dialogue, avec les hommes d’en bas.

N’oubliez jamais : Small is Beautiful ! Il est très important que chaque membre de l’entreprise se sente à sa place et soit heureux.
Ce qui fonctionne, ce sont les petits cercles de personnes, des équipes à taille familiale, qui travaillent ensemble et se réunissent souvent pour faire le point. Small is Beautiful. Veillez à garder cela, surtout lorsque la société grandit. A l’Arche, chaque foyer fait entre 7 et 15 personnes maximum. Il y a une personne responsable par foyer. Les responsables de foyer se rencontrent de temps en temps avec d’autres responsables de foyer. Et les directeurs de centre se rencontrent et échangent avec d’autres directeurs de centre. Et les membres de conseil d’administration se rencontrent entre membres de conseil d’administration. Il faut veiller à entretenir les relations humaines. Rester en relation avec notre semblable, réfléchir et décider ensemble, chacun à son niveau de compétence et de responsabilité, de manière subsidiaire, pas de manière verticale du plus haut responsable vers le bas. Small is Beautiful.

Ce n’est pas l’économique qui doit diriger ou prioriser nos décisions. La compétitivité mange tout dans notre société. Dans une société où c’est la compétitivité qui prime, l’humain est délaissé, il n’est plus premier. On glisse vers l’exclusion de ceux qui ne sont pas assez compétitifs. Là est le danger. Plus on grossit, plus les économies d’échelle sont importantes, plus le financier a du poids, et plus cela risque de diriger, d’orienter les choix. Nos décisions doivent toujours émaner de l’humain, des personnes humaines. Il faut connaître et appeler chacun par son nom, connaître les dons et les compétences de chacun et construire avec.

L’humain est premier, la recherche du bien pour l’humanité est première pour éclairer nos décisions.

Voici une bonne question à poser à chacun de vos collaborateurs : qu’est-ce qui te rendrait plus heureux dans ton travail ? Parfois, après plusieurs années de fidélité au même poste, on peut avoir besoin de changer de responsabilité, de région, de fonction… On peut être appelé à développer d’autres talents. Les besoins évoluent.
Si les hommes sont heureux dans ce qu’ils font, s’ils sont heureux là où il sont, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Et si chaque homme, chaque femme est à la bonne place dans l’entreprise et est heureux dans son travail, alors les résultats économiques suivent… Small is Beautiful !

L’embauche dans une communauté ou une société est capitale. Je crois qu’il est important d’attendre si l’on n’a pas trouvé la bonne personne. Ne pas attendre la bonne personne et embaucher quelqu’un parce qu’il faut quelqu’un à tel poste, c’est souvent voué à l’échec. En raisonnant ainsi on ne rend pas service, ni à la personne, ni à la communauté. Embaucher quelqu’un par « pitié », c’est pire.
Il faut employer les personnes pour leurs compétences, leurs talents et qu’elles soient à la bonne place dans l’entreprise. Et accepter d’attendre lorsque l’on n’a pas encore trouvé la bonne personne. »

Une partie de l'équipe Handynamic avec Jean Vannier

Une partie de l’équipe Handynamic avec Jean Vannier

Il nous paraissait important de partager avec vous ces paroles très humaines de Jean Vanier, car tous ces conseils s’appliquent à la gestion d’une entreprise, d’une association, d’une communauté ou même sur le plan personnel et familial.

Un repas partagé dans un foyer qui donne foi dans l’être humain

Notre visite du centre de l’Arche s’est poursuivie à Cuise-la-Motte où nous devions livrer nos véhicules. Avant ça, nous avons été invités à partager un repas dans les foyers, aux côtés des personnes handicapées et de leurs accompagnants. Nous avons vécu un autre moment fort, compris le fonctionnement de l’association et surtout échangé avec les accompagnants bénévoles ou salariés, qui ont choisi de consacrer tout ou partie de leur vie au service des personnes à mobilité réduite.

Tous témoignent des excellentes relations qu’ils nouent avec les personnes handicapées mentales, dont ils tirent un bonheur et une joie de vivre qui se lit dans les regards. Quelle beauté de voir que dans notre monde sans cesse secoué par l’individualisme et la violence, des hommes et des femmes sont si sensibles aux besoins de leurs semblables, même s’ils sont un peu cabossés…

Merci à l’Arche, merci à Jean Vanier pour cet accueil, et à tous les lecteurs de ce blog, n’hésitez pas à vous renseigner sur les communautés et à apporter un petit coup de pouce à cette aventure humaine exceptionnelle !

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top